Paris Fashion Week: My tailor is rich

Coloré, streetwear ou drapé, le costume s’impose sur le spodiums parisiens.

Il va s’en dire que les créateurs se sont employés à « déringardiser » ce grand classique du vestiaire masculin et le rendre tendance en l’associant à des chaussures décalées ou en y apportant des touches féminines, lors des défilés de la Fashion Week de Paris, qui s’est terminée dimanche.

Allure chic dédramatisée

On s’y attendait le moins de sa part mais c’est l’Américain Virgil Abloh, le roi du streetwear à la tête de sa marque Off-White et créateur homme chez Louis Vuitton, qui a fait défiler des mannequins en costumes cravate gris oversize, agrémentés de baskets.

Le designer de 38 ans (le seul Afro-Américain à la tête d’une maison de luxe) a développé ce thème pour Louis Vuitton dans une collection dédiée à Michael Jackson. Ici, des mannequins portaient des costumes gris réalisés en tissus nobles comme la laine ou le cachemire, défilant dans une rue imaginée de New York, sur lequel un artiste dessinait des graffitis.

S’adresser aux jeunes

La créatrice britannique Clare Waight Keller, de la maison française Givenchy, qui a dessiné la robe de mariée de Meghan Markle et habille désormais son mari, le prince Harry, s’est pour sa part inspirée de l’individualisme frondeur des années 1990 dans sa collection homme.

Les pièces clés de la collection sont des costumes: veste slim et pantalon évasé en rouge porté sur une chemise fuchsia et bleu électrique avec une chemise orange.

Dior, un autre temple du chic français, a redéfini l’élégance masculine avec une abondance de costumes coupés près du corps dans des couleurs nobles: bleu, gris, noir.

Ils se portent avec des bottes, de longues écharpes deviennent ceintures, des pans de satin s’intègrent dans les vestes comme si la doublure était exposée.

Un pan de soie bleu poudré qui traverse la poitrine d’un costume vient d’une robe réalisée par Christian Dior en 1952. « Nous avons pensé que l’idée de la porter drapée sur un costume était assez chic« , souligne le créateur.

« Plutôt que d’accepter que les gens veuillent porter des sweatshirts et des jeans, je veux revendiquer l’idée d’un nouveau costume qui parle aux jeunes« , déclarait il y a un an le Belge Kris Van Assche, ex-créateur de Dior Homme, qui poursuit sur sa lancée lors de cette semaine du prêt-à-porter chez la maison française Berluti.

Les vestes sont légèrement oversize, les pantalons slim, les couleurs vives(framboise, jaune moutarde, bleu électrique, vert): présentée dans les couloirs dorés de l’Opéra Garnier qui a vu les arts classiques et expérimentaux mis en scène sous un même toit, la collection propose une idée de luxe dans lequel coexistent le brut et le noble.