Pour cette deuxième édition de l’Hypefest, le Get2Gether Group a mis les petits plats dans les grands le 29 août dernier. Près de 2000 personnes étaient attendues dans le temple culturel emblématique du 20ème Arrondissement, la Bellevilloise. Parmi elles, vous reconnaissez le petit crâne rasé en haut à droite ? Pour la deuxième année consécutive, j’y étais !

La veille de la rentrée, les adeptes de styles urbains se bousculent généralement dans les rayons du grand magasin dans l’ombre du Printemps, à quelques pas du Boulevard Haussmann, en quête de la pièce qui impressionnera les copains pour le premier jour de l’année. Mais depuis quelques temps, certains délaissent les allées du très fréquenté Citadium au profit d’une invitation inédite pour un look encore plus avant-gardiste, c’est en tout cas la promesse faite par l’Hypefest depuis plus d’un an maintenant : un rendez-vous annuel, le dernier samedi avant la rentrée pour faire le plein de hype.

Tripler la mise

Mode et art sur fond de musique urbaine, mixée sur platines en début de journée, jouée en live le soir, dans un espace pour le moins spacieux. Après les couloirs étroits du Fashion Louvre Center, l’Hypefest s’offre cette année les deux étages supérieurs de la Bellevilloise, ses espaces verts et sa terrasse boisée pour le plus grand plaisir de ses fidèles et des nouveaux venus. Au total, 1700 personnes se sont croisées sur les planches et entre les rayons de fringues et d’accessoires installés pour l’occasion : « c’est trois fois plus que l’année dernière », précise Franck Hell, l’un des organisateurs. Une clientèle plus diversifiée cette année, de l’ado branché à la petite famille du quartier pas moins lookée, tous semblent y trouver leur bonheur.

Pour ces dames…

Et pour cause, le collectif a tout l’air d’avoir saisi les failles de la première édition pour charmer un public encore plus large, notamment féminin. « Parmi les critiques de l’année dernière, on nous avait stipulé qu’il n’y avait pas assez d’activités pour les filles », ajoute Franck. Ce que femme veut, l’Hypefest le veut. Les demoiselles ont pu être chouchoutées au stand du magazine de beauté fun et décalé , piocher quelques pièces pointues au corner de la jeune créatrice Cindy Levy ou encore, comme l’année dernière déjà, craquer pour les t-shirts toujours aussi incontournables de la marque Fllemme « Liberté, Egalité, Beyoncé ».

… Et ces messieurs

Les hommes n’ont pas pour autant été laissés pour compte. Eux aussi ont eu droit à leur part de coquetterie avec un barbier qui proposait ses services sur place, rien que ça. Côté mode, si on retrouve quelques habitués, dont Les Fraudeurs qui ont fait de Chirac leur icône, beaucoup de nouveaux également parmi les 38 exposants de cette édition 2015. Des créateurs de l’hexagone comme d’autres tout droit venus de grandes métropoles européennes. Mais mon coup de cœur absolu est pour l’Atelier Beaurepaire et ses imprimés audacieux, qui avaient notamment fait parler d’eux au Printemps dernier avec l’ouverture d’un pop-up store en plein cœur du 10ème.

Hommes comme femmes ont pu profiter de toutes ces attentions dans une ambiance arty, en contemplant les photographies ou les peintures de ceux qui ont choisi l’image comme expression de leur créativité. Une ambiance totalement hipster vous l’aurez compris, à l’image d’un public toujours plus branché, en accord avec son festival. Un peu à la manière de l’AfroPunk outre-Atlantique, la dimension communautaire en moins et l’esprit « street » en plus, l’Hypefest s’impose année après année comme un rendez-vous de l’extérorisation des styles. Si la première édition a été l’innovation, la seconde l’affirmation, la troisième en sera sans doute la confirmation.

P1010451____P1010389____P1010457____P1010447____P1010440____P1010480____P1010463____P1010468____P1010473____P1010483____

Article issu de thesjp.fr