Joana Choumali, première photographe africaine lauréate du Prix Pictet de la photographie

Joana Choumali est devenue la première photographe africaine à remporter le prestigieux Prix Pictet de la photographie 2019.

joana-choumali-prix-pictet
C’est grâce à sa série « Ça va aller » que l’Ivoirienne de 45 ans a su tirer son épingle du jeu et remporter le prestigieux prix et la somme de 92000 dollars. Capturées trois semaines après les attaques terroristes survenues en mars 2016 dans la cité du Grand-Bassam près d’Abidjan, la série photo est un processus fastidieux entre photographie et broderie. À l’arrivée, des clichés pris avec son téléphone portable puis brodés avec des fils de couleur. 
Sir David King, ancien conseiller scientifique en chef du gouvernement britannique qui présidait le jury de cette 8e édition, a déclaré que les travaux de Mme Choumali « constituaient une méditation brillante sur la capacité de l’esprit humain à retirer l’espoir et la résilience même des événements les plus traumatisants ». 

Méditation, c’est également le terme repris par la photographe pour expliquer le processus durant lequel elle a fait émerger son œuvre, mais surtout, pour soigner elle-même ses traumatismes. Ces attaques « ont rouvert les blessures psychologiques laissées par la guerre post-électorale de 2011 », raconte-t-elle. « Chaque point de broderie était un moyen de récupérer, de calmer les émotions, la solitude et les sentiments mitigés que je ressentais (…) le fait d’ajouter des points de couleur sur les images a eu un effet apaisant sur moi, comme une méditation », a-t-elle ajouté.

Le Prix Pictet, doté de 92 000 euros, donne également lieu à une exposition à Londres qui partira ensuite à Tokyo, Zurich, Monaco, Moscou et Lausanne.