Le Palais de Lomé accueille le premier centre d’art du Togo

 

Abandonné pendant plus de 20 ans, l’ancien Palais des gouverneurs, l’un des monuments emblématiques de Lomé et joyau du patrimoine togolais, rouvre ses portes pour devenir le premier centre d’art et de culture du Togo.

palais de lomé

« Je suis heureuse de vous accueillir à l’inauguration internationale du Palais de Lomé, l’ancien palais des gouverneurs qui est désormais un centre d’art et de culture ouvert au public togolais », a annoncé Sonia Lawson, qui s’est vu confier la direction, la conception et la maîtrise d’ouvrage des travaux de rénovation du Palais. « Pour la première fois de son histoire, ce lieu d’où s’exerçait le pouvoir sera ouvert au grand public pour qu’il puisse découvrir son riche patrimoine, historique, culturel et environnemental », a précisé avec fierté la directrice avant l’arrivée des invités, dont le président Faure Gnassingbé, et le ministre togolais de la Culture.

Réhabiliter le patrimoine

Le bâtiment a servi de résidence aux gouverneurs allemands, puis français, avant de devenir le premier Palais de la Présidence togolaise puis le Palais des hôtes de marque dans les années 1970, puis la Primature, avant d’être totalement abandonné au début des années 1990. »Ce projet est né de la volonté du Chef de l’Etat d’ouvrir le Palais à l’ensemble du public togolais, pour lui donner l’occasion de se réapproprier le patrimoine national et de s’en inspirer ». L’Etat togolais a décidé de réhabiliter son patrimoine historique en finançant les travaux à hauteur de 2,4 milliards de francs CFA (3,7 millions d’euros). »Depuis 2014, dix entreprises togolaises sont à pied d’oeuvre sur le chantier et les travaux ont été menés sur la base des images d’archives », explique  la directrice.

Même les imposantes poutres en bois de la charpente qui s’étaient dégradés au fil des années, ont été reproduits à l’identique par une entreprise de menuiserie togolaise. Le Palais de Lomé ouvrira ses portes au public le 28 novembre 2019 avec cinq expositions, dont « le Togo des rois » une exposition présentant des objets et artefacts traditionnels prêtés par des descendants de différents royaumes, ou encore « Three Borders », une présentation d’artistes contemporains du Togo, du Ghana, du Bénin et du Nigeria.

« Le centre d’art et de culture en chantier est une grande opportunité pour les artistes togolais, car la situation artistique est moins riche au Togo que dans d’autres pays de la sous-région tels que la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Sénégal qui disposent de musées, de conservatoires de musique ou de galeries », se réjouit Sokey Edorh, un grand artiste plasticien togolais qui a exposé en Afrique, en Europe et aux Etats-Unis. Selon lui « beaucoup d’artistes togolais vivent en Europe, faute de structures adéquates pour accueillir des oeuvres d’art dans le pays: théâtres, salons de la musique, école de musique ou des beaux arts etc… ». Un manque que le Palais de Lomé veut désormais combler.

Avec l’AFP