Les poupées Sibahle

Renforcer la confiance des enfants africains en créant des poupées au travers desquelles ils peuvent s’identifier. Une start-up sud-africaine a changé la donne en créant une nouvelle gamme de poupées africaines dans l’espoir d’autonomiser les filles africaines.

« Sibahle » signifie « nous sommes beaux » dans la langue zouloue locale. Des coiffures afro aux robes cousues à la main, les poupées sont de plus en plus populaires.

“Quand je lui ai acheté la poupée, elle disait – regarde maman, elle me ressemble. Alors maintenant, elle n’essaye plus d‘être ce qu’elle n’est pas, et elle est capable de s’identifier à cette poupée. Et pour elle, la couleur de peau, ses cheveux (de poupée) lui ressemblent, vous savez, et elle aime aussi le fait qu’elles sentent le chocolat, alors je pense que c’est un bonus”, s’est réjouit Mona-Claire Moyo, mère d’Ariela.

“Je l’aime aussi (poupée) parce que nous sommes les mêmes”, a déclaré Ariela.

Les poupées sont fabriquées en Allemagne puis assemblées et habillées en Afrique du Sud avant d’être emballées pour la vente.

“Nous nous sommes dits : et si nous créions une poupée qui serait représentative d’un enfant africain, que l’enfant grandisse sachant que – je suis belle. Je suis jolie”, explique le co-propriétaire de la collection Sibahle, Khulile Vilakazi-ofosu.

Les poupées Sibahle sont vendues dans un point de vente à Johannesburg et sont également disponibles pour les acheteurs en ligne, pour un minimum de 31 dollars US.

La collection produit cinq poupées différentes, y compris une poupée indienne et une autre albinos.

Elles sont faites avec d’autres arômes comme la vanille et sont faites dans une variété de tons de peau et de textures de cheveux.

“Les poupées… Nous avons veillé à ce que la texture de leurs cheveux soit aussi proches que possible aux cheveux afro. L’expérience qu’elles ont est semblable à celle de prendre soin de leurs propres cheveux – que ce soit pour apprendre à les démêler et à les conditionner, en mettant leurs cheveux dans de jolis pompons afro, comme Bontle ici, ou tout simplement en embrassant leur afro naturel”, ajoute la co-fondatrice de la collection, Caroline Hlahla.

Caroline, Khulile et leurs six employés s’efforcent d’intégrer plus de teint et de problèmes de peau dans un avenir proche.

Les poupées ont également attiré des acheteurs de diverses régions d’Europe, d’Amérique et d’Afrique.