La chronique des chroniques : Fashion Week, ICI C’EST PARIS !
(Nicolas Ghesquière, nouveau directeur artistique de Louis Vuitton)

__________________________

Réflexions libres et sentiments partagés d’un enthousiaste de la vie, de culture, des gens et surtout de la mode (quand même !). Quatrième degré éventuellement requis.

_______________________
Par Paul-Arthur Jean-Marie

_________________________

Aujourd’hui débute la semaine de la mode parisienne… Que les vraies choses commencent, donc. Sans vouloir dénigrer celles de New York, Londres et Milan qui la précèdent, la Fashion Week à Paris élève clairement le niveau. C’est dans notre chère capitale que défilent les plus grandes marques de mode, que les shows sont les plus prisés et les plus sélect’. Chanel, Dior, Givenchy… N’y voyez aucun chauvinisme mal placé mais la mode française rayonne et influence les créateurs de par le monde. Demandez à nos amis new yorkais de chez Proenza Schouler ou encore  de chez Rodarte dont les travaux des dernières saisons avaient beaucoup de références à Céline et autre Balenciaga. C’est aussi ici et uniquement ici que Kanye West se voit refuser l’entrée à certains défilés. (Sorry ‘Ye, la France t’aime quand même)

Évènement majeur de cette semaine attendu par tous : les premiers pas de Nicolas Ghesquière chez Louis Vuitton. Après le départ de Marc Jacobs en octobre dernier, l’ancien directeur artistique de Balenciaga a repris les rennes de la création. La grande question est de savoir quelle direction il prendra et s’il marquera une vraie rupture avec son prédécesseur. Au vu de ses années chez Balenciaga, on peut en tout cas espérer une vision plus avant-gardiste et radicale. A l’annonce de sa nomination il y a quelques mois, un point m’a interpellé.

On le sait, son départ de chez Balenciaga ne s’est pas passé dans les meilleures conditions (il a même été question de poursuites judiciaires engagées par le groupe propriétaire Kering). Il avait affirmé que le rythme effréné et l’amas des collections à but essentiellement commercial l’avait exaspéré. Pourtant, la machine Vuitton étant mille fois plus importante, la tâche ne sera que plus ardue et prenante. Entre les collections hivernales, estivales, croisières, pre-fall, les collaborations, la maroquinerie et connaissant l’exigence de LVMH (et de son président Bernard Arnault) qui détient la marque, première mondiale dans le secteur du prêt-à-porter de luxe, le petit Nicolas a de quoi transpirer.

Dans le même registre, la jeune créatrice chinoise Yiqing Ying présentera sa première collection pour Léonard, après que Maxime Simoens s’y soit vu remercié au bout d’une saison, et l’italien Alessandro Dell’Acqua remplacera Marco Zanini (parti chez Schiaparelli) à la direction artistique de Rochas. J’ai confiance en Alessandro pour proposer autre chose que les espèces de pyjamas en satin difformes auxquels ce cher Marco nous avait habitués. (Remarquez l’emploi des prénoms, oui ce sont de vieux amis).

A côté des passages incessants de robes, de tulle, de cuir et de mannequins aux pieds sévèrement abimés, les célébrités ne manquent pas à l’appel. Fashionista parmi les fashionistas, Rihanna est arrivée hier à Paris au milieu d’une horde d’animaux de fans survoltés. Drake se trouve également dans la ville. Quoi de mieux que de se faire friendzoner* à nouveau dans la ville de l’amour ? Je demande juste.

________________

apres-aspen-direction-paris-pour-riri

(Rihanna à Paris, sortant du restaurant l’Avenue)

_______________

Avant de clôturer, j’aimerais passer un message d’utilité publique : à tous les wannabes, et autres lambdas qui affluent à l’entrée des défilés sans invitation et sans pouvoir effectivement entrer tout ça pour se voir et se faire photographier: merci de rester à la maison, d’aller à l’école ou au travail. Sortir sa panoplie d’accessoires ridiculo-ridicules et piocher dans ses anciens déguisements d’Halloween/Mardi Gras ne vous apportera pas grand chose, ou dans le meilleur des cas de faire l’objet d’un article pour le moins moqueur. Epargnez-vous d’attendre sous le froid et la pluie, Tommy Ton ne vous prendra pas en photo et épargnez-nous des agressions visuelles. C’était le crachat vénimeux pre-Fashion Week.

Sur cette note joyeuse, je vous quitte et surtout FREE DECARNIN.

*Friendzoner : principe de se voir recaler au rang d’ami après avoir avoué ses sentiments amoureux à un individu.