Pour les fashionista du monde entier, si vacances et tendances vont souvent de pair, alors Milan est sentinelle à suivre pour être au fait de ce qui sera ou ne sera pas in l’été prochain. Nous l’avons, cette année, la capitale italienne de la mode a mis au banc de touche Londres et New York   avec des collections qui incarnent le voyage et l’aventure. On a assisté cette année à des défilés de gravures de rêve et de pièces fluides. Pensez fleurs, tissus légers et crochet détaillant dans de coloris féminin de blancs éclatants, roses tendres, les bleus et lilas etc. Ci-dessous les trois meilleures collections de la MFW selon notre contributeur Loid Oyenamono.

Recap 1 

Prada

Au top départ, à peine le top model Gemma Ward apparait sur le podium que déjà la tension est vive. C’est que dans le monde de la mode, Prada n’a pas d’égal. Aucune maison de prêt à porter n’utilise mieux les imprimés et les textures et cette dernière collection incarne mieux que les précédentes le savoir-faire de la maison italienne.

On aperçoit des vestes déstructurées, des textures mixtes, des coutures éclatées, des chaussettes funky sur des plateformes, un usage restreint du cuir,  etc. Là où beaucoup y voit une influence 70’s, nous cela nous évoque une ambiance des 90’s.

Une originalité et une élégance que peu peuvent se targuer d’égaler.

Prada

Bottega Veneta

On aime tout de cette collection : les combinaisons de tissus, les embellissements, les palettes de couleurs. Des robes nonchalantes qui donnent un petit côté sexy à la silhouette. L’ensemble reste très contemporain et d’un chic familier.

Les pièces marquantes sont sans aucun doute celles qui sont les plus adaptés pour le printemps à savoir, les tricots évasés midis, les tailleurs pantalons, et les chandails de laine.

Bottega Veneta

Giorgio Armani

Le designer italien est peut être le maitre incontesté des tons neutres cette saison. Sa collection est très sobre et élégante. Après des années de bling bling, il consacre enfin un luxe minimaliste très light. Avec ces beaux drapés de robes aux nuances de bleu, crème, pastel et blanc cassé, nul doute que la femme Armani l’été prochain ressemblera à une déesse antique.
Giorgio Armani

Article par   Loid Oyenamono.