Louis Vuitton célèbre la Coupe du Monde

La Maison a conçu une malle unique pour transporter le fameux trophée de la FIFA au Stade de Maracana à Rio de Janeiro.

Alors que la Coupe du Monde bat son plein au Brésil, La Maison Louis Vuitton fête avec style l’événement sportif. La marque a conçu une malle unique pour transporter le 13 juillet, jour de la finale, le fameux trophée de la FIFA au Stade de Maracana à Rio de Janeiro. Commandée en 2010 par la Fédération internationale de football, cette malle a été réalisée à la main dans les ateliers historiques de Louis Vuitton à Asnières. C’est également dans ce lieu qu’avait été confectionnée la malle qui abrite le plus ancien trophée sportif au monde, la célèbre aiguière d’argent de l’America’s Cup, dont l’histoire remonte à 1851. Quelque 450 commandes spéciales sont réalisées chaque année auprès de la Maison française, dont la malle-lit pliable qui accompagna en Afrique l’explorateur Pierre Savorgnan de Brazza (vers 1868), ou le nécessaire à thé pour le Maharadjah de Baroda (1926).

1013285_louis-vuitton-celebre-la-coupe-du-monde-web-tete-0203567657530

L’écrin de voyage est habillé cette année de la toile Monogram emblématique de la Maison, et est composé de deux ouvertures, une sur le devant et l’autre sur le dessus. Il sera remis dans trois semaines au capitaine de l’équipe victorieuse de la Coupe du Monde FIFA, qui pourra soulever l’illustre récompense de 36 cm et 6,175 kg en or 18 carats et malachite incrustée dans la base. Le premier trophée, baptisé Coupe Jules Rimet en 1946 en hommage au père fondateur de la Coupe du Monde de la FIFA, avait été commandé par l’organisation au sculpteur français Abel Lafleur. Il représentait la déesse de la victoire tenant un calice octogonal et était orné de pierres fines. Au début des années 1970, la Fédération internationale de football souhaite un nouveau trophée pour la 10ème édition de la Coupe du Monde. Après étude des 53 maquettes soumises par des experts issus de sept pays, le choix se porte sur l’œuvre d’un artiste italien, Silvio Gazzaniga, qui symbolise les silhouettes de deux sportifs transcendés par la victoire. Le trophée original reste désormais la propriété de la FIFA tandis que les champions du monde héritent à la fin du tournoi d’une réplique en plaqué or.

Cécilia Delporte pour LesEchos.fr