Le monde de la mode était au rendez-vous au « Tennis Club de Paris », pour découvrir la femme Céline pour la saison printemps/été 2014 et l’on a adoré le changement de ton de la marque. En effet, les imprimés graffiti, les dessins primitifs et les couleurs vibrantes imposent la nouvelle esthétique de l’été.

On connaissait l’affection toute particulière de Phoebe Philo pour les volumes rigides qui forment les contours d’une carapace et qui protègent une femme moderne, et qui n’a ni l’envie, ni le besoin de se sentir sexuelle. Comme une sorte de manifeste, Phoebe Philo veut nous faire comprendre que la femme Céline est libre de se définir uniquement par elle-même et sans référence à autrui. Alors cette saison, nous retrouvons ces volumes carapaces notamment sur des tops tubes à petits cols chemise. Les chaussures restent elles aussi fidèles à l’esthétique étrange revendiquée par la marque. Entre les creepers et les sandales de gladiateur, elles sont souvent plates. Mais la nouveauté c’est cette douce fluidité que l’on perçoit grâce au minutieux travail du pli. Les jupes volettent, et c’est à la fois léger et féminin. Enfin, il y a ces couleurs, comme des coups de peinture frénétiques, qui viennent s’imprimer sur les silhouettes.