Un clip qui au premier visionnage soulève d’innombrables questions. Abel Tesfaye aka The Weeknd aura réussi à fournir encore une fois un clip d’une extrême profondeur (ce clip étant sans doute son plus mystérieux jusqu’ici) avec un ou plutôt des sens caché(s) qui révèle(nt) le génie futuriste de l’artiste, mais aussi et surtout du directeur artistique et réalisateur (français) du clip, Mikael Colombu, qui a notamment travaillé avec Janelle Monae et Cee Lo Green. L’histoire? En fait, il y en aurait plusieurs, et plutôt que de me perdre dans une maladroite tentative d’explication sans fin, voici ci-dessous l’histoire du visuel sous forme animée, The knowing, racontée par Mikael Colombu lui-même sur le site NeoBoto.com.

« C’est l’histoire d’une femme, un être suprême qui a créé son propre monde. Il ne lui manque qu’une chose qu’elle n’ose créer : un homme. Pour ne pas tomber amoureuse d’un idéal -ce qui correspondrait à tomber amoureuse d’elle même- elle décide d’aller puiser dans une forme existante. Elle retourne donc dans le passé à la recherche d’un individu masculin ayant une âme et un coeur d’une puissance semblable à la sienne comme base d’inspiration [en référence là à Haïle Selassié I]. Mais elle le réincarne avec quelques retouches, et donc elle en fait quand même sa création, au moins partiellement. Je ne pense pas que ça puisse fonctionner avec un être rêvé. Donc assez rapidement elle prend conscience qu’elle n’est pas amoureuse de lui et le trompe avec un dieu sur lequel elle n’a aucune emprise. Informé de cette trahison, l’empereur réincarné décide de se venger et fait violer et tuer ses trois soeurs. Les corps lui seront livrés, démantelés dans un grand bocal et éprise de colère, elle scinde son/leur monde en deux. Et elle n’en reste pas là. Elle veut anéantir ce qu’il y a chez lui de plus pissant, son coeur. Mais elle échoue, à chaque tentative le coeur en devient de plus en plus fort, et elle se perd ».

Et quant aux autres symboles que l’on pourrait retrouver dans le clip, Mikael Colombu continue ses confidences sur le clip pour NeoBoto.com en racontant que : « C’est juste une vaste métaphore de la quête pour l’amour, et de ce qui rend bien souvent l’amour impossible parce que l’apparence ou l’expectative fout tout en l’air (par exemple). Haïlé Selassié c’est parce que Abel est d’origine éthiopienne. Mais aussi parce que les nombreuses famines qui ont suivi dans les années 80 m’avaient marqué lorsque j’étais petit. Et tout a commencé à la suite de son renversement. Haïlé était un grand homme avec un grand coeur, soucieux du bien être de son peuple, même si la fin de son règne est critiquable… » (L’intégrale de son interview est à découvrir ici pour les intéressé(e)s.)

Un des clips les plus esthétiques réalisés jusqu’alors, et un des plus énigmatiques aussi; et un morceau qui ne surprendra pas les connaisseurs de la star montante de Toronto, qui nous envoûte encore une fois par son timbre de voix. Enjoy!

L’univers avant-gardiste de The Weeknd semble avoir de bien belles journées devant soi, et c’est tout le bien qu’on lui souhaite!

Son (premier) album « House of balloons » dont ce titre est extrait, est dans les bacs depuis mars 2011.