Pour le commun des mortels, mai est synonyme de fête du travail, ascension, pentecôte,  et de nombreux jours fériés. Du côté de la Fashion Sphère, il en est autrement. Dès le début du mois, l’ensemble du milieu se veut focalisé sur un seul évènement : le Met Ball. Le gala de charité qui inaugure chaque année l’exposition mode du Metropolitan Institute of Arts, s’est tenu hier à New York. Pour cette édition, la mode rendait hommage à la créatrice italienne Elsa Schiaparelli, disparue en 1973 et à sa compatriote Miuccia Prada, incontournable de la scène actuelle. Retour sur le meilleur et le pire du tapis rouge de ces véritables « Oscars de la mode ».

Le Meilleur :

Toujours aussi fraîche, Solange Knowles, en compagnie de la styliste Rachel Roy a opté pour un choix beaucoup moins audacieux que sa Dries Van Noten de l’an dernier. Toutefois, ça reste correct : une belle coupe et une très attrayante couleur.

January Jones était tout simplement sculpturale dans cette robe Versace alliant glamour hollywoodien et beaucoup de modernité.

Jessica Alba est arrivée dans une robe asymétrique et dorée par Michael Kors. Bon point accordé pour la fluidité de la silhouette et la couleur qui sublime vraiment son teint halé.

Cette année Rihanna a de nouveau misé sur le noir. Durant la journée, il se murmurait que plusieurs marques la courtisaient. Son choix s’est finalement porté sur Tom Ford qui l’a habillée d’une robe moulante en cuir crocodile et sur des escarpins Louboutin. Audace, élégance et sensualité sont au rendez-vous. Petit bémol néanmoins en ce qui concerne la coiffure.

Marion Cotillard a fait honneur au mythe de la chicissime parisienne dans cette sensuelle robe, tout en subtilité, signée Dior. Tout est parfaitement en place : le bustier embelli, le bas vaporeux, sans oublier le jeu de transparence.

Le Pire :

Quelques jours avant le gala, Coco Rocha n’a pas cessé de clamer à tout va à quel point son ensemble Givenchy vintage lui irait à merveille, à quel point tout le monde se pâmait devant elle lorsqu’elle l’essayait … Quelle surprise donc de voir le mannequin avec une allure ô combien clownesque !

Si l’on considère la foule de paparazzis présents armés de puissants flashs, Bianca Brandolini D’Adda a surement du rendre aveugle la moitié de l’assistance. La socialite italienne arborait un look beaucoup trop clinquant.

Paula Patton laisse perplexe dans un fourreau signé Vera Wang. Quelque chose ne fonctionne pas. Sûrement les bandes de tissus à répétition qui tassent la silhouette.

Lana Del Rey a offert un remake de Ma Sorcière Bien Aimée avec sa robe et sa cape Joseph Altuzarra. Intéressant pour un bal costumé mais tout à fait hors-propos sur le tapis rouge du Met Ball. Elle va retenter sa chance l’année prochaine … Ou pas.

Beyoncé, en diva de son envergure, est arrivée alors que la cérémonie avait déjà largement débuté. Que dire de sa robe Givenchy à part « non » ? Les broderies noires agrémentées de cristaux qui marquent l’excès ? Non. La traine à plumes forte d’un dégradé qui passe du violet au noir avant de retourner inopinément vers le violet ? Non. La chanteuse est une habituée de looks désastreux, elle ne surprend donc plus vraiment. Mais là, elle s’est surpassée.

Kristen Stewart remporte haut la main la palme de « La Plus Mal Vêtue de la Soirée » dans cette robe Balenciaga. Vaut mieux  d’ailleurs s’abstenir sur ces chaussures …

Donatella Versace, dans toute sa splendeur. Ahem..