Le 29 mars à Genève, l’ONG Clean Clothes Campaign a épinglé plusieurs enseignes recourant au sablage des jeans. Elle accusait notamment H&M d’appliquer ce procédé, dangereux pour les travailleurs, dans ses usines bangladaises. Deux semaines plus tard, H&M profite de son Conscious Actions Sustainability Report pour souligner son investissement auprès des travailleurs du Bangladesh.

H&M Conscious

Parmi ses initiatives éthiques et durables, H&M revendique ainsi avoir économisé 300 millions de litres d’eau sur sa production de denim en 2011. L’enseigne indique en outre avoir, depuis 2008, formé 442 000 travailleurs bangladais à leur droit. Ce n’est pas la première fois que le Bangladesh, fournisseur majeur d’H&M, vaut une polémique à la marque. En 2010, l’ONG ActionAid accusait l’enseigne d’immoralité fiscale dans le pays.

« Dans une démarche d’acheteur à long terme, H&M souhaite contribuer à l’amélioration des conditions de travail des employés de l’industrie du textile », indique aujourd’hui l’enseigne. « En 2011, H&M a déployé un plan de soutien sur plusieurs années pour le développement social au Bangladesh. Le but est de s’assurer que l’industrie textile a un impact positif sur le développement du pays et de créer un marché du travail stable, non seulement en ce qui concerne les emplois mais également en améliorant les conditions de travail, le droit des femmes, les compétences, l’éducation et la santé ».

Parmi les autres éléments mis en avant, H&M indique que 2,3 millions de vêtements auraient été remis à des œuvres caritatives. Il faut en effet se souvenir que, en 2010, le Times déclenchait la polémique en découvrant des vêtements invendus lacérés dans les poubelles d’un magasin de New York. Une politique présentée par l’enseigne comme en rupture avec ses principes, mais qui avait cependant terni l’image de l’enseigne outre-Atlantique.

Il y a un an, l’enseigne suédoise lançait la collection Conscious, sa première ligne éco-responsable. Le travail mené sur le front du coton bio a même permis à H&M de prendre à C&A le statut de 1er utilisateur mondial de la matière. Un domaine dans lequel l’enseigne entend persévérer. « D’ici 2020, 100% du coton utilisé proviendra de sources plus durables, en incluant le ‘Better Cotton’, le coton biologique et le coton recyclé », indique H&M.

En février 2012, l’enseigne exploitait 2 491 boutiques, contre 2 212 un an auparavant. Sur son exercice annuel clos fin novembre, le groupe a vu ses ventes croître de 8% pour atteindre 14,5 milliards d’euros.

Par Matthieu Guinebault
Source: fr.fashionmag.com