Jean-Paul Guerlain condamné à 6000 euros d’amende pour injure raciale

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné jeudi Jean-Paul Guerlain à une amende de 6.000 euros pour injure raciale, pour sanctionner ses propos d’octobre 2010 sur les « nègres ». Interrogé sur la création du parfum Samsara sur France 2 le 15 octobre 2010, le descendant du fondateur de la maison Guerlain avait répondu: « Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin… »

Le tribunal a relaxé M. Guerlain sur la première phrase, mais l’a condamné sur la seconde. Outre son amende, il devra verser 2.000 euros de dommages et intérêts à chacune des trois associations parties civiles: Mrap, Licra et SOS Racisme.

L’avocat du parfumeur, Me Basile Ader, se disait « satisfait » sur la première phrase mais ignorait si son client, absent au délibéré, ferait ou non appel de sa condamnation.

A l’époque des faits, protestations et appels au boycott des produits Guerlain s’étaient multipliés, en dépit des excuses présentées par le parfumeur.

Descendant du fondateur de la maison Guerlain, Jean-Paul Guerlain ne travaille plus pour le parfumeur depuis 2002. Au moment de la polémique, la société avait diffusé un communiqué pour condamner ces propos « inadmissibles ».

Lors de l’audience du 2 février, le « nez » avait confessé « une imbécillité ». « J’ai voulu faire rigoler la journaliste et je le regrette », avait expliqué le parfumeur de 75 ans, vêtu d’un de ses indéfectibles complets trois pièces.

« Je présente toutes mes excuses à la communauté noire pour cette imbécillité », avait répété à plusieurs reprises celui que l’on connaissait plus jusque-là pour avoir lancé une quarantaine de parfums aux inoubliables fragrances, de Vétiver à Habit rouge, en passant par Samsara ou Jardins de Bagatelle. « Je suis tout sauf raciste », avait encore martelé M. Guerlain, racontant ses premières rencontres avec les Noirs américains qui, à la Libération, « m’ont fait découvrir le chewing-gum et le Coca-Cola ».

« Je n’ai pas de raison de douter de la sincérité de ces regrets », lui avait répondu le procureur Alexandre Auber. Mais, il est incontestable que ces propos, « injurieux et racistes », ont constitué « un trouble à l’ordre public ». Il avait requis contre M. Guerlain une amende « de 7.500 euros au moins ». Les parties civiles de leur côté avaient dénoncé un « racisme ordinaire », imprégné de clichés coloniaux.

Source : fashionmag.com