Lors de la dernière semaine de la mode à New-York, les spéculations sont allées bon train concernant l’éventualité que la rappeuse Nicki Minaj se retrouve en couverture du Vogue américain. En effet, la Barbie Bitch avait été aperçue au premier rang du défilé Carolina Herrera aux côtés d’Anna Wintour, la rédactrice en chef du magazine. Puis, on apprenait que cette dernière a envoyé un petite mot à Minaj, où elle lui disait qu’elles allaient très bien ensemble. Cette sympathique attention (ce qui n’est pas le fort de Wintour), additionnée au fait que la prêtresse de la mode l’avait auparavant invitée à venir se produire lors d’un évènement Vogue, a suffi pour que beaucoup de gens en arrive à la conclusion de la cover. C’était sans compter l’autre figure influente de la mode, Stephano Tonchi, directeur de la rédaction chez W (appartenant tout comme Vogue au groupe Condé Nast), lui aussi assis à côté d’elle à ce défilé, apparemment séduit par l’énergie débordante de Minaj, étant donné qu’il l’a choisie pour la couverture du numéro de Novembre, consacré à l’Art.

Ainsi, Nicki Minaj apparait sur la Une et dans une série mode du magazine, signée Francesco Vezzoli à la photographie et Edward Enninful au stylisme. Dans cet édito, en rapport avec la thématique, elle interprète quatre célèbres personnages de la peinture : La Marquise de ­Montespan, la Comtesse du Barry, Madame de Pompadour,  et ­Madame Rimsky-­Korsakov.

Un autre succès pour la star du hip hop qui, au fil de ses nombreuses couvertures de magazines importants, se fait également un nom dans la sphère des Fashion Icon. Très certainement, la prochaine étape sera le Vogue américain. Nul doute qu’Anna Wintour aimerait réitérer l’expérience de mettre une artiste excentrique en couverture, comme ça a été le cas avec Lady Gaga en mars dernier, qui boosta énormément les ventes de sa publication.